Nos chemins de travers / Nos vagues à l’âme de Georgia Caldera

Titre : Nos chemins de travers / Nos vagues à l’âme
Auteur : Georgia Caldera
Editeur : J’ai Lu

 

RESUM

Nos chemins de travers 

« Je m’étais juré que, s’il ne devait y en avoir qu’une parmi toutes les autres, ce serait elle. Et cependant, ce jour-là… »

Depuis des années, Louis et Emma se côtoient sans vraiment se connaître. Au lycée, au centre équestre, et même à la fac, il est ce garçon populaire, star des concours et de sa promo, pour qui toutes les filles craquent en dépit de son arrogance. Timide et réservée, Emma, elle, n’a qu’un objectif : passer inaperçue. Leurs rapports se résument donc à une ignorance cordiale jusqu’au jour où Louis décide d’humilier publiquement la jeune femme.

Mais un tragique accident va remettre les compteurs à zéro. Après avoir mordu la poussière, Louis se heurte à une solitude cruelle et inattendue, qui lui montre la réalité sous un tout autre jour.

Emma sera-t-elle prête, elle aussi, à reconsidérer son jugement pour l’aider à se relever ?

 

fa6b74aa-fc74-47bd-8d43-c748f3c3aa74

 

Avi2

 

« Je pensais avoir déjà fait le tour des souffrances que provoque le rejet, mais je me trompais. Cette douleur qui est la mienne en cet instant surpasse de très loin ce que j’ai pu connaître par le passé. Les sentiments, les vrais, ceux qui s’imposent d’eux-mêmes et vous transcendent, ceux-là changent tout. Et la blessure qui en résulte n’est jamais qu’à la mesure de leur intensité… »

Je vous retrouve pour une chronique deux en un consacrée à la duologie de Georgia Caldera. Nos chemins de travers et la suite Nos vagues à l’âme ont fait fureur surtout autour de la blogosphère au point que le premier tome ait reçu le prix Romance de J’ai Lu pour Elle 2018. Vous savez depuis un moment que j’ai vraiment du mal avec la romance, encore plus quand c’est du new adult. J’en lis très peu et il faut vraiment qu’il y’ait plus que cela pour que je sois happée par l’histoire. J’ai hésité un moment avant de le lire, mais les très bons échos sur ce diptyque ont eu raison de moi et j’ai craqué. Aujourd’hui, je dois faire mon mea-culpa, car j’ai tout simplement adoré ces romans. Ce sont des pépites, je les lu d’une traite à la suite sans prendre le temps de souffler tellement c’était addictif. J’avoue que c’est même un coup de cœur !

« De la même manière que Louis était unique pour elle, de la même manière qu’il était désormais le centre de son univers… »

Dans une alternance de narration, nous allons faire la connaissance de Louis et Emma qui sont dans la même université et dans le même centre équestre. Ils se côtoient depuis toujours tout en s’ignorant totalement, n’évoluant pas dans le même cercle d’amis. Louis a tout pour lui, il est populaire, beau, intelligent, mais surtout un vrai c***** surtout avec les filles. Emma est tout le contraire, très timide et réservée, elle a un gros problème avec l’image qu’elle a d’elle-même, de ses formes et se cache sous une montagne de vêtements. Tout va basculer le jour où Louis décide d’humilier publiquement Emma, un drame pour la jeune fille qui fait tout ne pas se faire remarquer. Puis un accident tragique va finir par les rapprocher et les changer à jamais, quand Emma accepte de rendre service à Louis.

J’ai beaucoup aimé la complexité et l’authenticité des personnages. Très vite, je me suis prise d’affection pour de ces jeunes gens, leur histoire, leur mal-être, et leur fêlure. Derrière les apparences, nos héros sont brisés par les épreuves de la vie, par leur passé et mais également par leur présent, mais sont terriblement attachants. L’attitude imbuvable de Louis cache une profonde solitude, souffrance et de désespoir. Il m’a beaucoup touchée, émue, tout comme Emma, par sa douceur, sa gentillesse, mais qui a également ses propres démons. C’est le genre de personnages qui vous marquent même après avoir terminé leur histoire. Leur relation évolue tout doucement, tout au long du premier tome, ils vont se découvrir et s’apprivoiser. Elle va prendre une tournure plus profonde, tout en restant très fragile du fait de leur passif respectif, et de leur incapacité à s’ouvrir à l’autre, à confier leurs pensées, leurs peurs, et leurs tourments.

« — Je voudrais que ce soir ne soit pas qu’une exception, que tu danses à chaque occasion, entendre chaque jour tinter ce rire si fabuleux, enfin libre d’exister… Tout comme, grâce à toi, je suis moi-même enfin libre de distinguer l’essentiel, de savourer pleinement toutes ces émotions que toi seule sait aviver. »

Dans ce second tome, un retournement de situation se produit, nous prend par surprise, et la tournure des évènements va encore plus bouleverser nos personnages. Les barrières que Louis et Emma avaient érigées autour eux, pour se protéger du monde vont toutes finir par tomber. Des secrets déchirants vont être révélés, des révélations qui m’ont autant bouleversé que nos personnages. Ils devront faire faces à leurs problèmes, affronter les démons de leur passé, les accepter pour ce qu’ils sont et finalement apprendre à vivre avec pour pouvoir avancer ensemble et préserver leur relation. Là où ils s’apprivoisaient dans le premier tome, dans le suivant ils vont se relever pour mieux se reconstruire ensemble et ainsi renforcer leur amour. La psychologie de ces personnages est plus poussée en même temps que l’aspect de leur relation est approfondi.

« Elle était tombée amoureuse de l’homme le plus brisé – au propre comme au figuré – qu’elle avait jamais rencontré… »

La plume de Georgia Caldera est douce, fluide, empli de sensibilité tout en étant hyper addictive. On a des chapitres très courts, avec une alternance de narration entre Louis et Emma, ce qui permet d’avoir un récit avec un rythme très dynamique. On est complétement happée par l’histoire, et les sentiments de Louis et Emma notamment dans les passages où Louis exprime ses états d’âme dans un journal intime et également ceux d’Emma. La lecture de ces deux tomes est intense, je n’ai pas pu lâcher ces romans, jusqu’à ce que je termine l’histoire poignante de Louis et Emma. L’auteure nous offre une très belle duologie plein d’émotions, qui traite de plusieurs sujets assez durs, avec délicatesse, authenticité, sans faux semblant et sans tomber dans l’apitoiement ou le mélodrame.

Dans Nos chemins de travers, on part à la découverte d’une romance particulière, entre deux personnages opposés, complexes, déchirés par la vie, mais qui vont faire ressortir le meilleur chez l’autre. C’est vraiment différent de ce que j’ai pu lire dans ce genre jusqu’à présent. L’intrigue est tellement bien menée, avec une justesse et un réalisme qu’ils m’ont fait passer par tous les émotions possibles. Nos vagues à l’âme explore plus en profondeur et de manière intimiste le vécu de nos tourtereaux. Georgia Caldera n’épargne personne et met en lumière les traumatismes et en cela le récit prend une direction plus sombre que le premier livre.

« Et peut-être que, pour avancer, elle avait seulement besoin de l’accepter. Arrêter d’espérer, d’affronter la réalité telle qu’elle était, brute et imparfaite, sans poésie ni romantisme, et se débarrasser de ses illusions une bonne fois pour toutes. »

C’est un véritable voyage initiatique pour nos deux héros, qui ensemble, grâce l’influence de l’autre, à leurs sentiments, vont avoir une seconde chance et entamer un long chemin vers la rédemption pour pouvoir se reconstruire. Même si l’amour est au centre de cette histoire, l’auteure met encore plus l’accent sur les blessures personnelles et le cheminement vers la guérison. Elle décortique ces sentiments aussi puissants qu’ils peuvent être destructeurs, si on n’est pas soutenu par les bonnes personnes. C’est ce qui fait de l’histoire de Louis et Emma est saisissante, plus qu’une romance aussi belle que bouleversante. A travers ces fêlures, elle transmet des messages forts sur l’amour et l’amitié, mais aussi sur l’acceptation de soi et la confiance pour nous captiver jusqu’à son dénouement. Un new adult que j’ai adoré découvrir et que je ne peux que vous le recommander !

« La liberté, la vraie, c’est être capable d’éprouver tout cela à la fois, l’amour, la colère, la tristesse… C’est de ne plus avoir peur de ressentir ces émotions qui me sont propres, ne plus craindre de souffrir, et laisser une bonne fois pour tous les barrages qui m’emprisonnaient se dissoudre et disparaître dans le néant. »

 

Capture d’écran 2019-07-04 à 20.52.58

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s