Seul sur Mars de Andy Weir

design-28Titre : Seul sur Mars
Auteur : Andy Weir
Editeur : Bragelonne

 

 

RESUM

Mark Watney est l’un des premiers humains à poser le pied sur Mars. Il pourrait bien être le premier à y mourir.

Lorsqu’une tempête de sable mortelle force ses coéquipiers à évacuer la planète, Mark se retrouve seul et sans ressources, irrémédiablement coupé de la Terre.
Pourtant Mark n’est pas prêt à baisser les bras. Ingénieux, habile  et terriblement têtu, il affronte un par un des problèmes insurmontables. Parviendra-t-il à défier le sort ? Le compte à rebours a déjà commencé…

 

Avi2

« Mais une fois à bord, et avant de parler à la NASA, j’aurai pris le contrôle d’un navire dans les eaux internationales sans permission.
Cela fera de moi un pirate !
Un pirate de l’espace ! »

Aujourd’hui, je vous propose une chronique consacrée à une de mes dernières lectures de 2018. Généralement, je préfère lire les romans avant de voir l’adaptation cinématographique, surtout si le roman m’intéresse vraiment. Bien sûr, il m’arrive de regarder le film d’abord, mais généralement le visionnage ne me donne pas envie de lire le livre par la suite. Or ça n’a pas été le cas pour Seul sur Mars ! J’ai vu le film sans arrière-pensées et je l’ai tellement adoré qu’il fallait que je lise le roman aussi. Malheureusement, cette lecture n’a pas été aussi passionnante que le film. J’ai même voulu abandonner mais j’ai persévéré pour le challenge du Bookstasorciers.

Mark Watney fait partie d’une expédition américaine destinée à aller sur  Mars afin d’étudier la planète. Cependant, une violente tempête de sable contraint les astronautes à abandonner leur mission et quitter la planète rouge. Lorsqu’ils rejoignent le vaisseaux un accident surgit et Mark Watney est laissé pour mort. Il se réveil seul, avec peu de ressources et sans aucuns moyens de communiquer avec la Terre, car la tempête a fait beaucoup de dégâts. Toutefois, notre astronaute est loin de se laisser abattre et va tout mettre en œuvre pour trouver des solutions afin de survivre jusqu’à la prochaine mission sur Mars. Lorsque la Nasa découvre que Mark Watney est bien vivant, commence alors une course contre la montre pour pouvoir le secourir.

« Mars ne dispose d’aucune protection contre les radiations solaires. Si j’y étais exposé, j’aurais tellement le cancer, que mon cancer lui-même aurait un cancer. »

Un des points positifs de ce roman est le héros de l’histoire. Mark Watney est un personnage qui a un sens de la ressource, un optimisme à toute épreuve assez impressionnante, et qui force à l’admiration. Il est vraiment courageux, ne se laisse pas abattre ni par les difficultés, ni par les échecs. Il est franchement très inspirant et je l’ai beaucoup aimé ! L’humour de l’astronaute, tout au long du récit, était la bienvenue pour casser un peu la monotonie de ses journées et surtout les descriptions scientifiques très technique qui m’ont vraiment ennuyé ne comprenant pas grand-chose. Du coup la narration de Mark a amené un peu de fraicheur, de détente durant son périple et cela a permis d’alléger quelque peu le récit.

Une écriture qui est malheureusement alourdie par des notions et des descriptions scientifiques d’un niveau très élevé qui ralentissent sensiblement le rythme du récit. Je m’y suis perdue plus d’une fois durant ma lecture et j’ai souvent voulu sauter des passages. Parfois, j’avais même l’impression de lire une revue scientifique.

« Si j’ai appris un truc pendant mes vacances au Club Mars, c’est bien que tout peut servir un jour. »

L’intrigue est bien menée, on suit les péripéties de Mark dans le désert martien qui tente de survivre le temps que la Nasa trouve une solution pour le ramener. Sa situation est vraiment inextricable, mais notre héros est très débrouillard, une espèce de MacGyver des temps modernes et sur Mars. Il peut aussi compter sur les scientifiques de la Nasa et même du monde entier qui, sensible à sa situation, vont s’unir, travailler conjointement et tout faire pour le sortir de là, afin de le ramener à la maison. J’ai bien aimé ces passages, qui transmettent de beaux messages d’humanité, d’entraide, et de partage.

C’est très rare que je préfère l’adaptation cinématographique au roman, surtout que celui-ci colle parfaitement avec le livre, et il est extrêmement réaliste. Pourtant, contrairement au film, je me suis ennuyée durant ma lecture. Je me suis perdue face au champ lexical très technique qui a pris énormément de place dans le récit. J’ai même voulu arrêter le roman et heureusement qu’il y’avait les parties sur Terre qui étaient plus dynamiques, en plus de l’humour du héros. Je suis tout de même déçue !

« J’ai commencé la journée avec un « thé à rien ». Le thé à rien est très facile à préparer. D’abord, prenez un peu d’eau chaude, puis… Et puis c’est prêt. Il y a quelques semaines, j’ai testé le thé à la peau de pomme de terre, mais je préfère ne pas en parler. »

 

Capture d’écran 2019-07-04 à 20.52.58

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s