Semblables, Tome 1 de Julie Jodts

img_2649Titre : Semblables, Tome 1
Auteur : Julie Jodts
Editeur : Plume Blanche

 

 

RESUM

À toi, l’aîné,
Guerrier, courageux et vaillant
Fier protecteur de la cité
Et de ses enfants

Que les Dieux
Soient miséricordieux
Et t’accordent la paix
Celle que tu ne trouveras sans doute jamais

À toi, le cadet,
À l’amour pur et sincère
Seul à pouvoir enfanter
Tu deviendras père ou mère

Que les Dieux
Soient miséricordieux
Et t’accordent la fertilité
Car sans elle, tu es condamné

À toi, le benjamin,
Dévoué et polyvalent
Savant, artisan, ou médecin
Ta famille sera la cité dorénavant

Que les Dieux
Soient miséricordieux
Et t’accordent la compassion
Puisses-tu exercer le métier choisi avec passion

Que les Dieux protègent et guident,
Tous ces enfants au destin scellé
Car entre leurs mains frêles et timides
Se joue l’avenir du monde entier.

 

Avi2

« – Elle, c’est Léna, m’indique-t-elle en pointant du doigt l’autre petite fille toujours de dos. C’est plus que ma sœur, c’est une partie de moi, un peu comme mon bras, mon cœur ou mon nez. »

Aujourd’hui, je vous retrouve pour une nouvelle chronique. Il est rare que j’achète un roman juste pour la couverture, car même si elle me plait, je regarde toujours la quatrième de couverture pour savoir de quoi ça parle et si l’histoire est susceptible de me plaire. Cependant, le synopsis de Semblables était trop vague pour que j’en pense quelque chose et je me suis donc fiée à la magnifique couverture qui m’a tout de suite interpellé. C’est avec une grande curiosité que j’ai débuté ma lecture et si je m’attendais à découvrir un monde fantasy pure, j’ai été surprise en constatant que Julie Jodts a créé un univers encore plus différent en mêlant de la dystopie. Cependant je reste quand même un peu mitigé de ma lecture.

L’histoire nous plonge dans un monde où l’avenir de chacun est déterminé par son ordre de naissance. Ainsi, l’aîné rejoint les rangs de l’armée pour défendre son pays, le rôle du cadet est de perdurer la population en fondant une famille et le benjamin consacre sa vie au développement collectif en travaillant. C’est dans cet univers que nous allons suivre Mia, qui en tant que cadet de la fratrie, prépare activement son mariage. Mais son destin est sur le point de prendre un autre tournant inattendu.
Il est assez difficile de faire un petit résumé, même du début du roman, sans trop en dire. Je préfère rester vague parce que je pense qu’il faut le découvrir soit même au fil des pages.

« – Tu n’y arrives pas, non pas parce que tu es mauvaise, Léna. Tu n’y arrives pas parce que tu as peur d’être mauvaise. C’est cette peur qui te paralyse et t’empêche de réussir avant même d’avoir commencé, m’indique James à la fin d’un entrainement particulièrement décourageant. »

J’ai bien aimé l’héroïne qui m’a beaucoup touchée. De prime abord on découvre une Mia qui semble faible et effacée, mais par la force des évènements, elle va se révéler être une jeune femme forte, déterminée et très altruiste. Elle est très perfectionniste, mais toujours tiraillée entre ce que lui dicte son cœur et sa conscience. J’ai trouvé malgré tout que l’intrigue était trop centrée sur ce personnage principal au détriment des autres protagonistes. Ils étaient très secondaires, limite ils faisaient office de décor. C’est vraiment dommage parce que j’aime que tous les personnages soient vraiment approfondis pour pouvoir m’attacher à eux et impliqués dans l’intrigue.

L’écriture de Julie Jodts est très agréable à lire, poétique, mais sans fioriture et va à l’essentiel. Elle a créé un univers très original qui m’a vraiment surpris. Je m’attendais à lire de la fantasy pure, mais il s’est avéré que le monde de Mia se rapproche de la nôtre par certains aspects du quotidien, de la communauté. Au fil de notre lecture on découvre un royaume qui mêle autant d’éléments tiré de l’imaginaire, voire un peu futuriste que de notre réalité. Si les idées sont bonnes, elles sont cependant mal exploitées. Je n’ai pas pu être dépaysée comme j’aurais aimé l’être, car la plupart des éléments présentés ont été relégués au second plan. L’univers est tellement peu développé à mon gout, que j’ai eu du mal à comprendre les enjeux de ce royaume et le rôle de l’héroïne.

« – Les règles sont là pour une bonne raison. Elles nous permettent de vivre ensemble en harmonie. Sans elles, le monde serait plongé dans le chaos. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas de fatalité. Nous ne choisissons pas ce que nous sommes, notre plus grande liberté est de choisir ce que nous serons. Ce sont nos actes qui nous caractérisent. »

De même, j’ai trouvé que l’intrigue principale était trop centrée sur le quotidien de Mia, ce qui a rendu le rythme assez lent. Tout au long de ma lecture, j’ai eu du mal à voir la finalité des péripéties, où l’auteure voulait me mener. J’en attendais tellement de ce roman et surtout de son univers, que j’ai été un peu perdue face au choix de l’auteure concernant l’arc narratif complétement différent. Il m’a emmené vers une fin totalement surprenante, même frustrante, dont je ne m’y attendais pas du tout et je suis restée sur ma faim dans le sens où j’avais l’impression de ne pas avoir encore tout saisis des enjeux qui se jouaient. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas aimé, car au contraire c’est une histoire avec univers original, des idées de bases très intéressants, mais pas assez bien exploité pour un premier tome. Durant ma lecture, j’ai souvent eu l’impression qu’il me manqué quelque chose pour vraiment savourer ce roman.

En bref, malgré un univers particulièrement original, le premier tome de la duologie de Semblables n’a pas réussi à totalement me convaincre. Je pense que je m’attendais trop à autre chose pour pouvoir pleinement apprécier ma lecture.Je suis restée sur ma faim, ne sachant pas où l’auteure voulait nous mener. Mais je reste quand même curieuse de la suite car le cliffanger à la fin est plus que frustrante.

« C’est assez ironique en y réfléchissant, car dans un monde où l’on vous attribue une place dès la naissance, je n’ai jamais réussi à trouver la mienne. Plongé dans cet univers rigide, j’ai eu l’impertinence de faire un choix, mon choix. Et c’est pour lui, aujourd’hui, que je me retrouve au fond d’un gouffre. »

 

Capture d’écran 2019-07-04 à 20.52.58

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s