Rozenn, Livre I de Laëtitia Danae

design-8Titre : Rozenn
Auteur : Laëtitia Danae
Editeur : Plume Blanche

Résumé 

Rozenn Kaplang est une djinn.
Durant de longues années, son peuple a souffert de la domination des dagnirs, mais si l’esclavage est officiellement aboli, la liberté, elle, garde un goût amer.
Et si une union entre princes et princesses de ces différentes tribus permettait de tirer un trait sur un douloureux passé ?

 

Avis

« Nous sommes sœurs, nous nous retrouverons toujours, c’est inscrit au plus profond de nous. » 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour mon avis le deuxième roman de Laetitia Danae qui est publié chez les éditions Plume Blanche. Il s’agit du premier tome de la duologie Rozenn, qui s’inscrit dans un univers fantasy oriental qui n’a rien à envier aux Milles et Une Nuit. Si vous lisez mes chroniques, vous savez que j’ai adoré Initiée son premier roman qui est publié chez Snag Fiction. L’auteure a une très belle plume, j’étais donc enchantée de lire ce roman et de la découvrir dans un autre univers. En plus, de la magnifique couverture, le résumé m’a tout de suite attiré. Je n’ai pas été déçu encore une fois de ma lecture, au contraire j’ai même adoré. Ce roman ne fait que confirmer le talent de Laëtitia Danae. De plus l’objet livre en lui-même est magnifique. Il y a un vraitravail d’édition réalisé dans ce livre, avec notamment chaque page ornée de magnifiques arabesques totalement en accord avec l’esprit oriental de ce roman.

« La vis sans magie, c’est une vie sans soleils. » 

Dès les premières lignes, on est immergé dans un univers où le peuple des Djinns souffrent de la domination du peuple des Dagnirs, leurs ennemis de toujours, bien que l’esclavage des Djinns ait été aboli, il y’a des années. Malgré cela, la liberté n’est toujours pas acquise pour certains d’entre eux. Les Dagnirs ont toujours une emprise sur eux jusqu’à leur essence, qui font d’eux des êtres singuliers dotés de particularités magiques. C’est dans ce contexte, qu’on suit trois sœurs Djinnsde la famille Kaplang : Rozenn, Daire et Odeleen et qui font parties des rares clans de Djinns relativement libre. Elles vivent une vie relativement sereine dans leur communauté jusqu’au jour où leur père prend une décision qui va tout changer. Le Sultan Maddy (Dagnirs) et l’Emir Kaplang (Djinns) ont décidé d’unir les princes et princesses des deux familles, afin de consolider l’entente entre les peuples, après des années de tourmentes. Une décision qui n’est clairement pas du goût de Rozenn, qui refuse de s’allier avec leur ennemi de toujours. Une alliance entre Dagnirs et Djinns permettra-t-elle de tirer un trait sur un douloureux passé ?

Ces trois princesses sont très différents surtouts dans leurs personnalités. Rozenn est une jeune fille avec un fort caractère. J’ai vraiment aimé l’héroïne, elle est vraiment attachante, et n’a pas sa langue dans sa poche. Elle est aussi douce que forte, avec un tempérament de feu etne se laisse pas faire afin d’affirmer ses idées. Ensuite, il y’a Odeleen, qui est l’ainée mais aussi la plus sage et posée des trois sœurs. J’ai beaucoup apprécié ce personnage, toujours à l’écoute et soucieuse des autres et qui est prête à se sacrifier pour le bien de son peuple. Quant à Daire, elle est la plus jeune sœur, et la plus naïve et influençable. C’est un des personnages que j’ai eu du mal à m’attacher, car je l’ai trouvé beaucoup trop ignorante, capricieuse et parfois ingrate mais je pense que c’est voulu de la part de l’auteure.

« Comme le dit si bien un de nos proverbes : « Rien n’est plus rusé que le dagnir voulant conclure un marché ». »

Les autres personnages sont aussi très importants à l’intrigue et que j’ai beaucoup apprécié. Ils sont tout aussi bien travaillés et attachants les uns que les autres, même si certains agacent un peu. Les princes Maddy par exemple sont très intéressants avec des personnalités, des caractères différents et chacun apporte quelque chose de plus à l’histoire. Les relations qu’ils tissent avec les sœurs Kaplan ajoutent du dynamisme, de la tension, avec une touche de romantisme et d’humour aussi. J’ai beaucoup apprécié les trois frères, Callum, Cameron et Cayden, qui subissent également les décisions de leur père. J’espère que ces personnages seront encore plus développés dans le second tome.

L’univers créé par Laetitia Danae est tout bonnement incroyable. Elle a réussi à créer un monde avec une culture orientale entière tellement riche en détails et super bien développé. Tout au long de notre lecture, on est complètement absorbé par ce qu’on découvre à chaque page, et cela va de l’ambiance orientale, en passant par les personnages vraiment attachants. A cela s’ajoute le petit plus que j’ai énormément apprécié les morceaux d’histoires, des textes des Grands Artisans, des citations de poètes, de personnages célèbres, de penseurs rapportés à chaque nouveau chapitre. On a également des êtres avec des dons particuliers, des animaux fabuleux comme l’aura de Rozenn ou les shadhahvars et les Belles de Chahem qui nous font froid dans le dos. Rozenn est donc un beau roman de dépaysement, où l’auteure a su innover dans un univers foisonnant qui lui est propre et super bien construit !

« – Écoutez votre instinct, me chuchote-t-elle avec sympathie. Le cœur chante à lui seul un nombre incalculable de vérités. »

L’auteure a une plume aussi travaillée qu’addictive, fluide et élégante, qui nous fait passer par une palette d’émotions. Il est totalement impossible de ne pas succomber au charme de sa plume vive et détaillée qui met en valeur un récit rempli de trouvailles originales et passionnantes. Ses descriptions sont tellement réalistes, avec des paysages tellement fabuleux qu’on s’y croirait nous aussi à dans le désert de Pretamia. Je ne me suis pas du tout ennuyée, poussée par ma curiosité qui me donnait toujours envie de poursuivre ma lecture pour en savoir un peu plus sur le déroulement de l’intrigue. D’ailleurs celle-ci est bien construit et bien menée. Rozenn et ses sœurs découvrirons la Cour avec ses machinations, ses intrigues, ses jeux de pouvoirs, et le monde réel en dehors de leur Bulle ainsi que les conditions de leurs semblables … On oscille entre découvertes et révélations parfois choquantes. Et tout au long du roman on s’interroge sur les véritables intentions du sultan ?

Un magnifique premier tome, très bien équilibré entre un univers oriental foisonnant et digne des Milles et Une Nuit, des personnages haut en couleurs et une intrigue bien construite qui nous accapare et nous pousse à la spéculation jusqu’à la dernière page. Vous l’aurez compris, j’ai été encore une fois conquise par la plume Laetitia Danae. J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture et maintenant je suis impatiente d’avoir le dénouement de cette histoire.

« – Tu as une vision de l’amour très romantique, comme tous les djinns. Seulement tu dois aussi apprendre à t’imposer, à ne pas te laisser marcher sur les pieds. Celui qui ne comprendra pas ne te méritera pas. »   

 

2 réflexions sur “Rozenn, Livre I de Laëtitia Danae

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s