Books

Le Miroir d’Ambre de Philip Pullman

img_1016Titre : Le Miroir D’Ambre
Auteur : Philip Pullman
Editeur : Gallimard Jeunesse

Vous devez absolument lire le premier et le deuxième tome avant de parcourir cet article. Vous pouvez d’ailleurs retrouver mon avis sur Le Royaume du Nord ici et sur La Tour d’Ange ici.

 

Résumé

Séparée de son compagnon Will, la jeune Lyra est retenue prisonnière par sa mère, l’ambitieuse et impitoyable Mme Coulter qui, pour mieux s’assurer de sa docilité, l’a plongée dans un sommeil artificiel. Parti à sa recherche escorté de deux anges, Balthamos et Baruch, Will parvient finalement, au prix d’un terrible sacrifice, à délivrer Lyra. Pour aussitôt repartir à l’aventure. Car, tandis que Lord Asriel se prépare à l’ultime bataille qui décidera du sort des mondes, les deux adolescents doivent s’engager dans la plus périlleuse des missions: un voyage dans une contrée d’où nulle âme n’est jamais revenue, le royaume des morts…

 

Avis

« – Pouvoir, ce n’est pas la même chose que devoir.
– Si on doit faire quelque chose et qu’on peut le faire, on n’a aucune excuse. »

Aujourd’hui, je viens vous parler du troisième tome Le Miroir d’Ambre de la trilogie de Philip Pullman : A la Croisée des Mondes. J’avais tellement adoré le deuxième tome que je n’ai pas attendu longtemps pour attaquer ce dernier. Malheureusement, j’ai eu du mal à le lire et au final, j’ai été déçue par ce dernier volé.

A la fin deuxième tome La Tour des Anges, une guerre se préparait : d’un côté, l’Autorité, ordre représenté par l’Eglise, et de l’autre, Lord Asriel et différents peuples des multiples mondes, qui réunissent leurs forces pour le combat qui aura des répercussions sur tous les univers. Au milieu se trouvent nos deux héros : Will, le porteur du couteau subtil, qui permet de créer des ouvertures vers les autres mondes, et Lyra, dont le destin déterminera l’avenir des mondes.
Cependant Will et Lyra ont été séparés. C’est Mme Coulter, qui retient Lyra prisonnière dans les limbes du sommeil en lui faisant régulièrement boire différentes drogues. Malgré, son rôle à jouer auprès de Lord Asriel, Will est décidé, avant toute chose, à rejoindre Lyra et à la délivrer.

Mais comme je l’ai dit au début de cette chronique, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher à ce troisième tome. C’était d’autant plus frustrant parce que j’avais adoré La Tour des Anges. Il y’a beaucoup trop de longueurs, dans ce dernier tome, une très grande partie du roman est totalement superflue. Des descriptions de paysages à n’en plus finir, surtout les passages sur Mary et le monde des Mulefas… Certes, ce dernier monde a son importance à un moment donné, mais j’ai trouvé qu’à de nombreuses reprises, la découverte des coutumes et de la façon de vivre des Mulefas alourdissaient énormément le récit.

L’histoire met donc beaucoup trop de temps à se mettre en place, à mon gout. Pourtant, il s’y passe tellement de choses ! Nous découvrons de nouveaux mondes, des personnages aussi extraordinaires les uns que les autres, afin de mettre en place pour la bataille finale. Mais je pense aussi qu’il se passait trop de chose en même temps, j’étais parfois perdu face aux actions, aux motivations diverses et variés des uns et ceux des autres.
Du coup, j’ai vraiment eu cette impression, à certains moments, que l’auteur n’a pas été au bout de certaines choses.
Je pense notamment aux plans prévus par Lord Asriel, par exemple, et a cette bataille qui promettait d’être titanesque. Je n’ai l’impression d’avoir eu une vraie fin à cette épopée. Il en est de même le personnage ou celui de Mme Coulter et de leur attitude changeante. Le changement de comportement était presque irréel, qu’on a l’impression de n’avoir rien appris sur ces personnages. C’était assez frustrant. L’Autorité était aussi une source de perplexité pour moi, tout au long de ma lecture.
Arrivée à la fin du roman, j’avais juste envie de dire « tout ça pour ça » ! D’ailleurs, je n’ai pas compris cette fin, que j’ai trouvé frustrant, décevant. Je ne m’attendais pas à cela !
C’est dommage, car au final, j’ai l’impression d’être un peu passée à côté du roman. Je n’aime pas être déçue par un roman surtout quand j’ai autant aimé ces prédécesseurs.

Heureusement qu’il y’a eu Will et Lyra, ils sauvent un peu ce troisième tome en le rendant fort et passionnant à certains moments. Leurs combats incessants en font des héros parfaits, fragiles et courageux à la fois, apeurés mais téméraires, et croyant en leurs actions malgré le fait qu’ils ne savent pas réellement où ils vont. Ce que je regrette vraiment, ce sont les tragédies qui semblent les ensevelir petit à petit. C’est toujours très triste de voir nos personnages préférés souffrir de la sorte. Maintenant, je peux vraiment dire que ce sont mes personnages préférés de cette trilogie. Ils m’ont épaté par leurs maturités et leurs actions tout au long du roman. Ils ont tellement évolué depuis le début de la saga, malgré leurs jeunes âges que c’en est bluffant. Ils forment un bon équilibre, ils sont complémentaires dans leurs caractères et ils ont une bonne influence l’un sur l’autre. Du coup, la dynamique de ce duo est très intéressante, agréable à lire et donne une autre allure à l’histoire.

« Parfois, on ne fait pas le bon choix, car la mauvaise solution paraît plus dangereuse que la bonne, et personne ne veut donner l’impression d’avoir peur. »

J’ai également eu plaisir à retrouver les autres personnages qui ont marqués les précédents tomes comme Madame Coulter, Lord Asriel, Serafina Pekkala ou encore Lee Scoresby présent également dans ce tome. Le fait qu’ils évoluent même sans Lyra donne tout de suite une toute autre dynamique à l’intrigue qui prend une dimension plus soutenue et profonde, dont on comprend que les enjeux vont bien au-delà de Lyra et Will. Les nouveaux personnages aussi jouent un rôle dans ces impressions. Ils apportent des éléments complètement nouveaux à l’intrigue, des possibilités qu’on n’imaginait pas dans les autres tomes. Ces éléments s’imbriquent petit à petit entre eux et forment un récit complexe et tellement original mais malheureusement mal exploité pour ce dernier tome.

Malgré tout je suis toujours séduite par la plume de Philip Pullman qui nous offre une fin complexe, peut-être même un peu trop pour le coup, mais avec un style toujours aussi agréable à lire. En plus de son apologie de la laïcité, l’auteur véhicule de très beaux messages par sans être apportés de façon moralisatrice. Notamment, le don de soi, l’amitié, l’amour, le fait de vouloir être maitre de ses actions et vouloir aussi réparer ce que l’on a pu faire de mal …

Même si j’ai été déçu par le Miroir d’Ambre, il n’en reste pas moins que cette trilogie est un must-have de la littérature jeunesse montrant l’immense talent de Philip Pullman. Des aventures fantastiques dans un univers unique, complexe, avec des personnages attachants et redoutables.Je retiendrais aussi de cette trilogie, c’est le fait que l’histoire apporte beaucoup au lecteur, il permet de réfléchir et de s’évader en même temps.

« Je t’aimerai toujours, quoi qu’il arrive. Jusqu’à ma mort, et aprés ma mort, et quand je sortirai du pays des morts, j’errerai sans fin, mes atomes dériveront, jusqu’à ce que je te retrouve… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s