Books

L’Elite de Kiera Cass

23131514_10214725895605264_831343084_o

Titre : L’Elite – La Sélection Livre II
Auteur : Kiera Cass
Editeur : Robert Laffont / Collection R

Vous devez absolument lire le premier tome avant de parcourir cet article. Vous pouvez d’ailleurs retrouvé mon avis sur La Sélection ici.

Résumé

La Sélection de 35 candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de 6 prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illéa, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie.

Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l’amour qu’elle éprouve depuis l’enfance pour Aspen, garde royal qu’elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales…

Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie…

Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.

Avis

« Ce que je propose n’est pas simple. Ce sera peut-être douloureux, mais cela se fera dans l’intérêt du royaume tout entier. Je crois que nous devrions mettre un terme au système des castes. »

Finalement, je n’ai pas résisté longtemps avant d’acquérir et de me plonger dans ce deuxième tome de la Saga de Kiera Cass. J’avais hâte de retrouvé America, l’univers du palais et d’en découvrir plus sur l’histoire de l’Iléa. Comme pour La Sélection, ce fut un plaisir de lire L’Elite. Il se lit tout seul, et on arrive à la fin du livre sans s’en rendre compte.

Le processus de la Sélection se poursuit avec seulement 6 candidates dites membres de l’Elite. Autant dire que la compétition se fait vraiment ressentir entres amitiés, trahisons et coup bas. America commence à avoir des sentiments pour Maxon, qui n’a pas peur d’avouer son amour pour elle, et à entrevoir un avenir ensemble. Mais le retour d’Aspen, en tant que garde royal au palais, va la bouleverser. En effet, ses sentiments pour lui sont toujours aussi fort, il ne faut pas oublier que c’est son premier amour, et le fait que celui-ci veuille la reconquérir a pour effet de lui compliquer la tâche. Du coup, au lieu de se battre pour mettre toutes les chances de son côté auprès du Prince Maxon et ainsi renforcer leur amour naissant, America gâche tout en devenant indécise limite changeante et par son comportement parfois puéril qui lui feront prendre de mauvaises décisions.

America m’a un peu agacé dans ce deuxième volet. Je peux comprendre que la couronne ainsi que les responsabilités qui en découlent la paralyse, et qu’elle ne puisse pas se sentir à la hauteur de la tâche. Du coup elle a plutôt tendance à faire marche arrière, à jouer sur les deux tableaux avec les garçons, en demandant davantage de temps. Mais reproche à Maxon, qui de son côté doit avancer pour trouver la prochaine princesse, de se rapprocher des autres prétendantes. Par conséquence, le triangle amoureux n’avance pas vraiment. Par contre j’ai apprécié le fait qu’elle ne se laisse pas influencer contrairement aux autres Sélectionnées. Elle garde ses principes malgré tout ce qui se passe, elle aurait même plutôt tendance à influencer.

« J’ai vu le monde – à travers des vitres blindées ou du haut de ma tour d’ivoire, j’en conviens, mais je le connais tout de même un peu. Il n’y a aucune question dont je ne sache pas la réponse. Mais cette petite main que je tiens là ? Cette main produit des sons incomparables, sans commune mesure avec ce que j’ai pu entendre jusqu’ici. Des mélodies qui semblent sortir tout droit d’un rêve. Ces cals prouvent que je n’ai pas rêvé. »

Maxon est toujours aussi tendre, prévenant et essaye toujours d’être juste malgré la grosse pression qui pèse sur ses épaules. On découvre certaines choses sur lui qui sont poignantes et qui nous le font aimer davantage. Après, il n’est pas parfait non plus et a certains comportements qui peuvent décevoir. C’est pour cet raison que j’apprécie autant Maxon, c’est un personnage sensible qui n’est pas infaillible.
Quant à Aspen, mon sentiment sur lui n’a pas changé depuis le premier tome. J’ai toujours du mal à l’apprécier. Je le trouve un peu hypocrite. Il n’aime pas la famille royale, surtout Maxon, ni le système des castes mais ne veut rien faire pour que cela change. Sa situation actuelle lui plait, en tant que garde de la famille de royale et désormais de la caste deux.

Les personnalités des autres personnages secondaires sont également plus approfondies, ils se dévoilent dans ce tome et j’ai vraiment aimé en prendre plus sur chacun. Ils deviennent plus réels et plus attachants à leur manière.
Comme avec ses personnages, Kiera Cass développe encore plus son univers dystopique. Je me suis totalement laissée transporter et j’ai aimé la manière dont l’auteur s’y prend pour nous en apprendre plus sur l’histoire d’Illéa, de quelle manière est née le pays et s’est formée la royauté d’Illea.

J’ai été emportée par l’intrigue et la tension qui régnait tout au long du roman. Les évènements s’enchainent, à la fois nombreux et rapides, que l’on tourne les pages sans s’en rendre compte. De plus, l’auteur a une qualité parfois frustrante mais efficace de laisser des indices tout au long du roman, tel le petit poucet avec ses miettes de pains, ce qui rend la lecture encore plus captivante.

Avec une écriture simple et légère qui va à l’essentiel, Kiera Cass m’a une nouvelle fois conquise, j’ai pris un énorme plaisir à lire ce tome. Le livre II : L’Elite est aussi addictive comme lecture que le livre I : La Sélection. Je ne vais pas tarder à me plonger dans le livre III : L’Elue pour enfin connaitre le dénouement de cette histoire que j’espère explosif et pleins de surprises.

« — C’est comment, d’être amoureuse ? lui demande ma petite sœur.
— La chose la plus merveilleuse et la plus terrible qui puisse vous arriver, soupire Lucy en réponse. Un bonheur qui menace à tout instant de vous filer entre les doigts, en quelque sorte.
Lucy a parfaitement résumé la situation. L’amour, c’est une peur qui vous donne des ailes. »

 

Publicités

2 commentaires sur “L’Elite de Kiera Cass

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s