Books

The Curse de Marie Rutkoski

22450633_10214563131096253_1597873325_o

 

Titre : The Curse
Auteur : Marie Rutkoski
Edition : Lumen

 

Résumé

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

 

Avis

« La malédiction du vainqueur, c’est l’emporter à la fin, mais uniquement au prix fort. Payer si cher qu’on regrette la victoire. »

Ça fait un moment que je souhaitais lire The Curse, donc j’ai profité de sa disponibilité à la bibliothèque pour l’emprunté. Une couverture qui m’a tout de suite séduite accompagnée d’une quatrième de couverture assez intrigante. Cependant, j’ai pris du temps pour le lire, car l’intérêt porté à ma lecture a mis un peu de temps à démarrer. Ce n’est qu’à la moitié du livre ou tout commence à s’accélérer que j’ai vraiment commencer à l’apprécier. J’en ressort donc de cette lecture avec un sentiment assez mitigé.

L’histoire prend place dans un monde un peu fantastique. On est tout de suite plongé à Herran, un pays conquis par les Valoriens, et où les habitants, les Herraniens ont été réduits en esclavage par les envahisseurs. Deux populations différentes notamment dans leur manière de vivre : chez les Valoriens, l’armée est une raison de vivre, alors que l’art et la raffinerie prédominent chez les Herraniens. L’univers n’est donc pas très original, mais aurait facilement pu me captiver si l’intrigue n’avait pas été aussi long à se mettre en place. En effet, l’histoire a mit longtemps à démarrer et dès le début j’ai eu du mal à entrer dedans.

« Elle regarda le ciel blanc se muer en neige et frémir au-dessus d’une mer de plomb. De petites étincelles glacées lui effleuraient la peau. Il neigeait au-dessus d’elle, au-dessus de lui, mais Kestrel savait qu’aucun flocon ne pourrait jamais les toucher tous les deux à la fois. »

Nous suivons Kestrel, fille du plus célèbre général de l’empire, et Arin, l’esclave qu’elle va acquérir au marché sous une impulsion inattendue. Kestrel est une jeune fille stratège mais assez impulsive et qui ne manque pas de tempérament. Elle préfère s’adonner à sa passion pour la musique et le piano plutôt que de choisir entre suivre les traces de son père ou se marier. Je l’ai trouvé un peu changeante, un coup elle pensait blanc, un autre coup c’était noir. Plus j’avançais dans ma lecture et plus j’avais l’impression qu’elle ne savait pas ce qu’elle voulait. De ce fait, j’ai eu un peu de mal à la comprendre surtout au début de l’histoire. Mais en même temps elle se trouve dans une situation assez particulière, ce n’est pas facile !

A l’inverse, Arin est un jeune homme qui a dû se battre pour survivre. Un réel mystère entoure ce personnage. Il a tout perdu lors de l’invasion : sa maison, sa famille, sa dignité, ses droits. Employé comme forgeron, il se retrouve très vite à escorter Kestrel lors de ses déplacements. J’ai plus apprécié ce personnage rempli de nuance, son bon fond, sa capacité à avoir plus de recul que Kestrel et à essayer de bien faire même quand c’est compliqué.

« Elle pouvait le forcer. Si elle en donnait l’ordre, il obéirait. Mais elle ne voulait pas de son obéissance. Ce dont elle avait envie, c’était qu’il désire la voir. »

Cependant, le fait qu’on se concentre sur la relation qui se développe entre nos deux personnages principaux m’a un peu frustré car dans le même temps le cadre de l’histoire était en retrait, pas assez exploité. L’univers du roman n’est pas encore assez détaillé à mon gout, ça reste en surface. De plus, je trouve que les personnages secondaires ne sont pas assez exploités, à part peut-être Enai que j’ai apprécié pour son côté maternel envers Kestrel. Mais, je pense que l’auteur va étoffer tout cela dans la suite de la trilogie. J’aimerai notamment en apprendre plus sur l’histoire des deux peuples, les barbares, les pays et les colonisations.

Malgré ces points négatifs, j’ai bien aimé le style d’écriture de Marie Rutkoski, simple, légère, facile à lire avec une double narration qui nous permet de suivre la progression de nos protagonistes. J’ai commencé à vraiment apprécier ma lecture et pris part à l’aventure vers le milieu de l’histoire quand les évènements s’accélèrent puis j’ai vraiment accroché par la fin de ce premier tome. Au final, malgré un long démarrage qui m’a empêché à rentrer dans l’histoire, ça été une agréable lecture et la fin annonce une suite qui pourrait être intéressante et j’espère plus captivante. En tout cas, j’ai envie de lui donner une chance à cette trilogie, donc je vais lire la suite.

« Le bonheur se nourrit de la liberté, disait souvent son père, et la liberté de courage. »

 

Publicités

2 commentaires sur “The Curse de Marie Rutkoski

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s